Vers la science ouverte? Un Livre blanc sur la transition numérique et la recherche sur le Moyen-Orient et les mondes musulmans en France, par Noëmie Lucas

Présenté publiquement le 26 février 2020 au cours d’une journée d’études qui s’est tenue dans le l’Auditorium du Pôle des langues et civilisations (à l’INALCO), ce Livre blanc, réalisé par le GIS Moyen-Orient et Mondes musulmans (MOMM), propose un bilan de la transition numérique dans le champ de la recherche française sur le Maghreb, le Moyen-Orient et les mondes de l’Islam à l’heure de la science ouverte en dressant un état des lieux qui souligne les réussites et les points d’appui mais aussi les faiblesses de la recherche française sur le Moyen-Orient et le Maghreb à l’heure du numérique. 

Lors du Séminaire de lancement du projet RAQMYAT, le 3 mars dernier, Noëmie Lucas, qui a participé à l’élaboration de ce Libre blanc, coordonné par Mercedes Volait, a présenté les points principaux mis en évidence dans l’état des lieux réalisé dans ce rapport, en rappelant tout d’abord le cadre conceptuel. Ce billet résume succinctement sa présentation.

Quelques définitions

Humanités numériques

Traduction de l’anglais Digital Humanities, elles désignent un mouvement qui se structure autour de l’utilisation d’outils numériques en SHS, afin notamment de mise à disposition en ligne de données brutes, de données enrichies ou outillées, ou de résultats de recherche. Elles ne peuvent donc être réduits à de l’instrumentation plus classique des SHS née de la diffusion de l’informatique. Dans le champ du GIS Moyen-Orient et mondes musulmans, les humanités numériques regroupent particulièrement trois activités : la numérisation, la publication et l’interprétation.

Le développement des HN est directement relié à des phénomènes qui touchent les sociétés : la mise en réseau (Internet et le Web), la mise en données (numérisation de nombreux articles, livres, archives) et la diffusion des ordinateurs individuels et des smartphones. 

Transition numérique 

Dynamique de passage aux humanités numériques dans les sciences humaines et sociales (SHS). Elle implique une transformation profonde des pratiques de la recherche, depuis la réunion des données jusqu’à la diffusion des résultats de la recherche. 

Science ouverte 

Cette expression suppose l’ouverture et le libre partage des données et des résultats scientifiques, donc leur mise à disposition, au plus grand nombre, dans des formats dit faciles à trouver, accessibles, interopérables et réutilisables (FAIR). En France, cette notion de science ouverte renvoie par ailleurs à un environnement institutionnel et politique qui se positionne en faveur des HN et de la science ouverte : la Loi pour la république numérique (2016) ou le Plan national pour la science ouverte (2018).

Points principaux de l’état des lieux

En matière de pratiques éditoriales et archivistiques en ligne, le recours aux plateformes d’édition électronique est manifeste, en particulier concernant les revues. La présence numérique des 33 revues du champ Moyen-Orient et mondes musulmans est cependant inégale : certaines sont totalement en ligne, d’autres le sont mais avec des embargos donc des accès restreint et un petit nombre ne sont accessibles qu’au format papier.

Pour celles qui sont totalement en ligne, elles le sont majoritairement sur un portail français OpenEdition : portail de publication en SHS créé par le Centre pour l’édition électronique ouverte (Cléo). Ce portail comprend 4 plateformes :

  1. OpenEdition Journals (ancien Revues.org) : pour les revues
  2. Calenda : qui publie les annonces d’évènements scientifiques
  3. OpenEdition Books : une plateforme de publication de livres dont au moins 50% sont en accès ouvert, autrement dit consultables sans abonnement
  4. Hypothèses.org : créé en 2008 : une plateforme de blogging.

La pratique du blogging, partagée en France, est néanmoins souvent détournée à des fins de communication plus que de diffusion des résultats de la recherche dans le champ de la recherche sur les MOMM.

                  En matière d’archivage en ligne des publications des résultats de la recherche, les pratiques sont très inégales et la politique d’incitation à déposer doit être renforcée. La principale archive concernée est Hyper Archive en ligne HAL : il s’agit d’une plateforme en ligne développée en 2001 par le CCSD (Centre pour la Communication Scientifique Directe) et le CNRS destinée au dépôt et à la diffusion d’articles de chercheurs publiés ou non et de thèses émanant des établissements d’enseignement et de recherche français ou étrangers, des laboratoires publics ou privés. HAL-SHS est plus spécifiquement destinée à toutes les disciplines des SHS. Pour le champ à l’étude dans ce rapport : on remarque des pratiques très disparates en matière de dépôt. 

Les humanités numériques en tant que numérisation (constitution et traitement de données mises dans un format numérique) sont le point fort du champ : numérisation effective, stockage, pratiques de signalement numérique et mise à disposition et visualisation de collections de textes, banques d’images, de documents multimédias d’origines variées… Mais ce sont des réalisations principalement adossées à des projets disposant de financements externes aux dotations des laboratoires. 

Un engagement effectif de la MMSH, de l’IRHT, d’InVisu et des bibliothèques (BnF et BULAC) est souligné par le rapport. Ainsi, à titre d’exemple, pour le signalement et la mise en ligne des collections de manuscrits, la BULAC a mis en ligne la BINA, une bibliothèque numérique aréale. En octobre 2019, 159 manuscrit arabes numérisés, 110 manuscrits persans et 250 manuscrits turcs ottoman. Pour le signalement des fonds d’archives : Defter lancé par InVisu sous l’égide du GIS MOMM est un portail qui offre aux institutions démunies des moyens pour signaler en ligne leurs fonds d’archives sur le Maghreb et le MO un espace pour le faire. Importance par ailleurs du travail de la MMSH avec leur site Archimède. Les trois UMIFRE proche-orientales (CEDEJ, Ifpo, IFEA) sont par ailleurs très impliquées en témoigne : les Archives ouvertes de l’Ifpo, le portail des caricatures de la presse égyptienne (CEDEJ) ou les archives visuelles de l’IFEA.

Le numérique est cependant surtout envisagé comme un médium, plutôt que comme un vecteur de transformation méthodologique profonde.

Le rapport pose par ailleurs la question de l’accès des chercheurs français aux ressources internationales en ligne. L’un des problèmes est celui de la complexité de la cartographie des ressources numériques acquises par les différentes institutions comme la BnF, le CNRS et les bibliothèques universitaires. Il faut souligner cependant l’investissement de la BULAC La Bibliothèque universitaires des langues et civilisations qui s’efforce de faire une acquisition systématique de ces ressources, en négociant l’accès distant pour l’ensemble des utilisateurs de la bibliothèque, indépendamment de leur affiliation institutionnelle. 

En matière de mise à disposition de bases de données et de corpus outillés, il faut souligner le rôle de structuration de l’Institut de Recherche et d’Histoire des Textes ainsi que celui des maisons des sciences de l’homme. À leurs côtés, un certain nombre d’équipes se sont également investies dans l’élaboration de bases de données et de corpus outillés. Cela donne néanmoins une production qui manque néanmoins de concertation.

Quelques exemples de réalisation : la géothèque sur la plateforme GeoLyon, la Perséide Athar, quelques bases de données textuelles comme Onomastico Arabicum, et enfin le projet Aliento : (Analyse Linguistique, Interculturelle d’Énoncés sapientiels et Transmission Orient/Occident-Occident/Orient).

Le Livre blanc note cependant qu’en matière d’interrogation et de modélisation numériques des données, la recherche française sur le Maghreb, le Moyen-Orient et les mondes musulmans accusait un retard net dans la fouille de textes et la modélisation numérique par rapport à ses voisins européens. On note de grandes disparités en matière de production et d’exploitation des données. 

La question du partage et de la diffusion des savoirs auprès du grand public est également traitée par ce Livre blanc. La plupart des ressources produites par des enseignants et/ou chercheurs disponibles à destination du grand public consistent en conférences, interviews généralement filmés dans le cadre de manifestations comme des festivals ou colloques mais aucun cadre collectif institutionnel n’est toutefois aujourd’hui en mesure de proposer une offre cohérente de ressources vidéos dans le domaine MOMM. Les chercheurs sont par ailleurs sollicités par des institutions extérieures au monde de la recherche comme l’Institut du Monde Arabe. 

On compte peu de MOOC et de cours en ligne mais quelques expériences de véritables cours en ligne ont été menées. Les expériences les plus anciennes consistent essentiellement en une série de captations audiovisuelles avec un matériel d’accompagnement restreint comme le cours de Makram Abbès sur Guerre et paix en islam à l’ENS Lyon. N. Lucas évoque également l’initiative du réseau HeMed. 

Les grandes institutions culturelles font par ailleurs un effort en la matière avec leurs bibliothèques patrimoniales en ligne : Gallica (portail de la BnF) ou Altaïr (le nouveau portail de l’IMA) en sont deux exemples.

Ce bilan a permis de mettre en évidence une structuration institutionnelle au sein de laquelle un petit nombre de pôles dynamiques, qui ont ceci de particulier que d’être structurés tous de manières différentes, joue un rôle déterminant:

  •   Le pôle d’Aix : avec la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme. 
  • Plusieurs UMIFRE : en particulier l’Ifpo et le CEDEJ qui possèdent des services spécifiques consacrés aux humanités numériques. Les autres UMIFRE que MO ou du Maghreb ne possèdent toutefois pas de telles ressources humaines. 
  • À Paris : l’IRHT et l’équipe InVisu constituent deux pôles spécialisés dont la compétence en humanités numériques est reconnue au niveau national et international

La question des filières de formation, et de l’intégration plus systématique de la « littératie » numérique dans la formation à la recherche, est donc cruciale pour le développement de ce domaine. Après une vingtaine d’années de développement d’initiatives par une poignée de pionniers, le passage à une nouvelle phase nécessite une implication plus forte des chercheurs, qui passe par un effort supplémentaire de formation et d’information. Les besoins en formation initiale sont importants, de même qu’en matière de formation continue. 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search