Entretien avec Farah DAGHFOUS, Graphic Designer

Farah est la jeune designer qui a remporté le concours pour la réalisation du logo du projet Raqmyat. Elle a 25 ans et vient de terminer ses études auprès de l’école de Beaux-Arts de Tunis. Aujourd’hui, elle travaille dans une agence de communication, en tant que designer graphique.

Pendant le premier confinement, Farah a relevé le défi du concours qui invitait les jeunes artistes tunisiens à réinventer l’identité visuelle du projet Raqmyat. Une démarche assez classique a accompagné son procédé : après avoir lu le descriptif du projet elle a fait des recherches de références visuelles, pour ensuite travailler à la main et dégager le concept du logo ; une fois trouvée l’idée que lui convenait, elle a traduit son dessin au format numérique et enfin a travaillé à des mises en situation du logo sur différents supports.

Ce processus d’une démarche artistique qui se digitalise, fait écho au projet Raqmyat qui promeut l’utilisation du numérique dans Les sciences humaines et sociales, comme outil et cadre de recherche, et qui cherche à explorer des supports originaux pour la recherche en SHS. C’est pourquoi, je suis allée à la rencontre de Farah afin de lui poser quelques questions sur son travail.

Quel concept se cache derrière le nouveau logo de Raqmyat ?

« J’ai tout simplement décidé de travailler sur l’élément du « pixel » comme l’unité première d’un imaginaire numérique. C’est donc le tasseau basique du pixel que j’ai composé pour la création du logo, comme un brique dans la construction d’un bâtiment ».

Quelle est, pour toi, la différence entre dessiner à la main et reporter l’esquisse sur l’ordinateur et à l’inverse, travailler directement sur un format numérique ?

« Dans une esquisse je peux tout faire. Tout ce que j’ai dans la tête je peux le dessiner, alors qu’à l’ordinateur c’est un aplat. Je préfère travailler à la main, au moins au début, parce que, à mon sens, cela est plus vivant.

Mais il faut aussi travailler à l’ordinateur parce que nous vivons dans un monde numérique dont on ne peut pas s’échapper. C’est pour cela que je redessine mes croquis au format digital, pour ensuite les partager et me faire connaitre ».

Est-ce que tu penses que dans le passage au numérique quelque chose de ton travail créatif se perd ?

 « Les couleurs peut-être… elles sont toujours différentes, et les lignes sont différentes aussi. Celles-ci sont plus nettes quand je travaille à l’ordinateur, la précision est plus grande. On perd donc toujours quelque chose, mais on en gagne d’autres aussi ».

Le numérique est-il pour toi un outil de développement pour tes projets (conçus à la main) ou plutôt un élément qui fait partie intégrante du projet dès la phase de conception ?

« Le numérique fait partie du projet dès ses débuts. Je travaille sur les logiciels, c’est un aller / retour continue entre l’analogique et le numérique. J’essaie quand même de me rapprocher beaucoup de ce que j’ai fait à la main, tout en transformant mon objet à l’aide des logiciels de production graphique ».

Quelles sont pour toi les côtés positifs de l’utilisation du numérique ?

« Tout le monde vit par le biais de son smartphone dans un monde numérique ; c’est pourquoi, on ne peut plus, de nos jours, se passer du numérique. De plus, à travers les réseaux sociaux, on a accès à une diffusion immédiate et à très large échelle de notre produit et cela ne coûte rien. C’est une réalité qui auparavant était inimaginable.

Il faut dire aussi que le format numérique est plus facile à maitriser : tout le monde voit les mêmes couleurs sur l’écran par exemple et les déclinaisons du logo se font rapidement sur le web. Quand on passe à l’impression il faut évaluer et maitriser beaucoup de contraintes ».    

Le processus que tu décris semble être une conception analogique qui passe par une traduction numérique, qui revient ensuite vers une nouvelle restitution analogique du produit graphique. Dans une certaine mesure, le passage par le numérique semble donc transitoire. On passe du matériel au digital pour revenir au matériel, mais après une traduction/transformation.

« Oui, le produit qui reste dans le numérique est plus facile à maîtriser, quand on passe à la retraduction analogique on doit prendre en compte beaucoup de variables, par exemple la matérialité très différente des machines à travers lesquelles va se faire l’impression, ou alors le support papier utilisé, qui pourrait absorber plus ou moins les couleurs et donc donner un effet qui ne correspond pas à ce que j’avais défini sur le web ».

En trouvant très intéressante cette démarche circulaire entre matériel et numérique dans la démarche artistique de Farah, pour faire un parallèle avec le travail des chercheurs en SHS, j’achève ce billet avec une petite ouverture méthodologique. Ces allers et retours entre réalité matérielle et numérique rappellent une démarche de recherche qui transite entre réalités très matérielles de terrain et une traduction numérique de ces données (quantitatives comme qualitatives). Quels sont les effets de cette traduction sur un nouveau support numérique ? Arrivons-nous à maitriser finement ce processus ? Est-ce que nous perdons ou nous acquérons quelque chose au cours du processus ?

Irene Valitutto


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search