Archéologie et photogrammétrie : se former sur le terrain avec le chantier école de Thaenae-Thyna

Lors du séminaire de lancement « Les humanités numériques dans l’espace euro-méditerranéen », Meriem Sebaï (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) et Salem Mokni (Université de Sfax) ont présenté le projet de chantier école du site de Thaenae, en particulier le stage de photogrammétrie organisé en janvier dernier. Ce billet reprend des éléments de leur présentation.

crédits – Thabet Gharby

Le contexte de la collaboration

Le chantier-école de Thaenae-Thyna a été mis en place en 2017. Il est piloté par quatre institutions : l’Université de Sfax, l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Aix-Marseille Université et l’Institut national du patrimoine (INP).

Ce chantier s’inscrit néanmoins dans une collaboration plus ancienne en particulier entre l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et l’Université de Sfax. En 2013, dans le cadre d’une convention entre les deux universités, une convention spécifique a été mise en place avec le département d’histoire. La formation engagée a d’abord ainsi porté sur l’accueil des étudiants de Sfax en France sur différents sites archéologiques, de manière à constituer un vivier d’étudiants qui soit ensuite prêt à prendre en charge la recherche archéologique. Ces années ont par ailleurs permis de mettre en place un certain nombre de stratégies pour permettre de passer de l’archéologie classique à l’archéologie du futur.

Le projet de chantier-école a été pensé à partir de l’exemple d’Alésia. Il s’agissait d’élaborer un projet similaire en Tunisie qui mettrait l’accent, moins sur la valorisation du patrimoine dans un premier temps, que sur la formation à destination des étudiants et pour les jeunes conservateurs de l’INP. Le projet s’articule aujourd’hui autour de de la formation, de la recherche et de la valorisation et est porté par différents programmes européens.

Il porte sur un gisement archéologique peu exploré : la cité de Thaenae.

Le site de Thaenae-Thyna

Situé à 12km de Sfax sur un site très étendu, cette cité a connu une très longue durée d’occupation (de l’époque punique à la conquête arabe). Le site intra-muros s’étend sur 83ha. Après le IIIe siècle, elle se dote d’une enceinte longue de plus de 3km, comprenant 84 tours et trois portes. Ce rempart englobe alors des espaces funéraires et des zones artisanales périurbaines et englobe un périmètre plus étendu que la ville du Haut-Empire.

L’objectif scientifique de ce projet est d’étudier l’évolution du paysage urbain de Thaenae à partir d’études de différents secteurs, un enclos funéraire et une tour notamment.

Former les étudiants à l’heure de l’archéologie moderne : un stage de photogrammétrie (9-12 janvier 2020)

L’archéologie dite « classique » utilise des méthodes de fouille privilégiant des outils comme la pioche, la truelle ou le sceau ; et, pour dresser le plan des sites, utilise du papier millimétré, une gomme et des crayons. La réalisation d’un plan exige ainsi un nombre important d’heures : une centaine d’heures pour le plan d’un petit document avec une équipe composée d’un topographe, d’un archéologue et d’un architecte. La formation proposée dans le cadre du chantier école de Thaenae-Thyna a débuté par la transmission de ces méthodes de base du travail de l’archéologue.

À partir de ce début d’année, en janvier 2020, a été mis en place un stage de photogrammétrie. Ce dernier permet d’abandonner ces outils de base, classiques pour aller beaucoup plus vite et pour couvrir des zones de recherche beaucoup plus étendues.

La photogrammétrie : qu’est-ce que c’est ?

C’est une technique qui permet, par des prises photographiques, de mesurer en trois dimensions tous les types d’objet, des monuments, des petits objets, tous les types de support possible, de la petite lampe à des monuments plus vastes. Pour constituer ces plans en trois dimensions, il faut prendre au moins deux photographies d’un même point de vue, puis de différents points de vue et de faire croiser tous ces différents documents photographiques. C’est un système qui fonctionne comme le système visuel et qui permet d’appréhender l’environnement en relief. C’est ce que l’on appelle le système de la stéréo-vision. Cette technique permet ainsi de faire des relevés en 3D. Ce que l’on obtient par image stéréoscopique se fait en adaptant une cadence à différentes échelles, soit par le biais de prise de photo par avion (pas utilisé ici), soit par la prise de photo par l’usage des drones (pas possible à Thyna car à proximité immédiate d’un camp militaire), soit par méthode terrestre (ce qui a été mis en place à Thyna).

Cette méthode permet d’économiser des milliers d’heures de relevés topographiques classiques à la main. Il a ainsi fallu deux journées (48h) pour qu’un topographe et quelques étudiants puissent réaliser l’intégralité du relevé en 3D d’un édifice complet.

Le stage du mois de janvier s’est concentré sur un seul monument car il était limité à une durée de quatre jours (du 9 au 12 janvier). La formation a été répartie entre des cours théoriques et pratiques in situ. Les étudiants ont été mis en situation, ils ont mis en place le réseau topographique, ils ont relevé l’ensemble de ces points et par le shooting photographique, ils ont placé les photographies dans un logiciel et en laboratoire, ils ont traité les données, monté l’ensemble de la photogrammétrie.

À l’issue du stage, les étudiants ont été invités à réaliser leur propre projet sur des objets de petites tailles dans des conditions de la muséographie.

crédits photos – Mohamed Damak et Thabet Gharby


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search