Former et enseigner les sciences humaines à l’heure du numérique: « Un récit d’expériences vécues » par Dorra Bassi

Lors du séminaire de lancement du projet RAQMYAT qui a eu lieu le 3 mars dernier, Dorra Bassi, maître-assistante en littérature française à l’université de Tunis, a partagé son retour d’expériences. Dans ce billet, elle revient sur les principaux points qu’elle a abordés. 

La mise en place d’un projet de l’ampleur de RAQMYAT nécessite un travail d’évaluation et de diagnostic des besoins institutionnels en matière de numérique dans les formations doctorales en sciences humaines et sociales. Dans ce cadre, ce panel est l’occasion de valoriser et communiquer autour de différentes expériences pilotes menées par nombre d’institutions dans la mise en place d’une culture du numérique dans la recherche en sciences humaines. 

Or ce que je voudrais proposer dans ce document ne relève ni d’un projet en cours ni des résultats des travaux d’une équipe de recherche mais d’un récit d’expériences vécues au sein de notre institution, la Faculté des Sciences Humaines et Sociales de Tunis (FSHST), la plus grande et ancienne institution de l’Université de Tunis, partenaire de ce projet. Ces deux évènements auxquels nous avons pu contribuer nous ont permis à la fois d’établir un état des lieux et de formuler plus concrètement une stratégie à établir.

Un atelier sur les corpus numériques

La première expérience date du mois de décembre 2019. Un appel à communications pour la tenue d’un colloque Humanités numériques, lancé par le département de français au mois de juin 2019  n’a pas eu de succès faute d’intervenants : peu de propositions sont parvenues au comité scientifique dont quelques-unes n’avaient aucun rapport avec les humanités numériques, ce qui témoigne d’une méconnaissance du sujet, du champ disciplinaire et d’un manque d’intérêt de la part des chercheurs en linguistique et en littérature, disciplines visées initialement par ce colloque. La réaction du comité d’organisation aurait pu être de faire appel à des intervenants étrangers, quelques spécialistes de renommée et de se limiter au cercle des chercheurs que nous savons intéressés et initiés à la question, mais quel intérêt à organiser un colloque dont la thématique n’intéressait ni les chercheurs ni les étudiants ?

Nous avons fait le choix de reporter le colloque à une date ultérieure et de le convertir en une journée d’étude sous le titre : « Les corpus numériques : des pistes de recherche en linguistique et en littérature » qui se donnait pour objectif l’initiation des étudiants (principalement ceux du Master) aux méthodes d’analyse des corpus. Le but étant de créer un noyau de chercheurs qui pourraient choisir cette approche ou ce type de corpus comme sujet de mémoire de master et éventuellement de s’intéresser à cette approche lors du choix de leur sujet de thèse.

Nous avons alors fait appel à trois enseignants qui ont organisé sous forme d’ateliers des formations de découverte, d’initiation et de manipulation des outils. 

Le public était composé principalement d’étudiants de Master (et majoritairement des étudiants de M1) ainsi que de quelques enseignants et doctorants à la recherche de solutions lexicométriques ou d’assistance techniques pour des travaux en cours. Ce public de participants était issu de différents départements (département de Français majoritairement mais aussi d’Arabe et de géographie). 

Ceci a été une belle expérience qui nous a permis de constater d’un côté que le format atelier est de loin plus intéressant pour initier et présenter des pratiques nouvelles. Suite aux trois ateliers de la matinée, les participants ont chacun manipulé et fait leurs propres recherches, encadrés par les enseignants « experts ». Le format d’atelier visait aussi à montrer non les résultats d’un travail achevé mais des manipulations instantanées, rendant les outils plus accessibles. 

L’importance des infrastructures

La base textuelle Frantext, dont les concepteurs nous ont offert un accès gratuit lors de cette phase de test était téléchargée sur les différents postes de la salle des langues (nouvellement équipée de matériel informatique de bonne qualité), le logiciel a été téléchargé gratuitement en présence des participants et les enseignants ont échangé leurs corpus avec les chercheurs présents. Cette efficacité n’aurait certainement pas pu être telle si cette salle équipée ne pouvait être réservée (c’est d’ailleurs une salle de cours empruntée pour les besoins de la formation), si une connexion Internet de bonne qualité ne pouvait être garantie (grâce à un modem dédié à la salle et une connexion privée d’appoint prévue en cas de problème), si quelques participants n’avaient utilisé leurs propres ordinateurs et si des contacts n’avaient été établis pour se voir offrir un accès gratuit pour une base de données étrangère payante. Cette combinaison de facteurs montre l’importance de l’infrastructure institutionnelle et de sa réactivité face aux besoins, parfois imprévisibles de la numérisation au sein de l’Université. Ces besoins sont souvent inédits, parfois atypiques, et l’administration doit pouvoir répondre rapidement. 

Pour une pédagogie tournée vers les humanités numériques

La seconde leçon à tirer de cette première expérience serait à notre avis l‘importance d’une sensibilisation ou d’une initiation assez précoce aux outils numériques et ce dès la licence. Les étudiants de M2, qui devaient un ou deux mois plus tard choisir leurs sujets de master étaient peu présents. Il serait donc utile d’intervenir en amont et de prévoir un module ou un enseignement en L3 et éventuellement de proposer un parcours au niveau du Master dédié aux humanités numériques. 

Produire à l’heure du numérique : une demande forte de formation

La seconde expérience a été menée en février 2020, dans une autre structure et visait un public différent. Dans le cadre de ses activités, le centre de carrière et de certification des compétences de la FSHST (le 4C9) propose un ensemble de formations certifiantes offrant principalement aux étudiants, au personnel et aux diplômés de notre faculté (mais aussi à d’autres institutions) des formations complémentaires à leur cursus et des certifications en softs skills, en langues et en outils informatiques. L’idée d’un atelier : « rédiger une notice aujourd’hui », nous est venue du constat d’une carence en matière de production scientifique émanant des spécialistes en sciences humaines, jeunes chercheurs et diplômés de notre institution. 

Nous avons donc fait appel à Mme Kmar Bendana, Professeure d’histoire contemporaine à l’Université de la Manouba, qui avait mené, dans le cadre de séminaires de recherche, une expérience de formation et de sensibilisation à la publication de contenus scientifiques. 

En partenariat avec l’École doctorale, qui s’est chargée de diffuser l’appel à participation via ses réseaux, nous avons programmé une formation intensive certifiante de deux jours dans les locaux de notre centre 4C9. Le public visé était initialement composé d’étudiants de Master et de doctorants. Notre surprise fut grande quand nous avons constaté que pendant les deux premières heures de l’ouverture des inscriptions sur notre plateforme, 80 demandes nous étaient déjà parvenues (le nombre de places prévue était de 20 participants). Nous avons donc dû arrêter les inscriptions et procéder à une sélection parmi les demandes émanant de tous les départements, de docteurs, d’étudiants en licence et en master issus de notre faculté mais aussi d’autres institutions et de différents domaines n’ayant aucun rapport avec les sciences humaines et les langues (comme la finance, l’ingénierie…)

La question était de savoir, à quoi était dû ce succès ? Était-ce dû à notre communication sur la formation ? à la promesse d’une certification ? Certainement en partie mais pas seulement puisque nous avons vu, chez nos participants, un intérêt évident et une satisfaction rassurante. 

Sans nier l’importance de ces deux facteurs, il semblerait que ce que promettait notre offre de formation ciblait un besoin clair et commun à nombre de nos diplômés et futurs diplômés. Pour être plus précis, rappelons le contenu de notre affiche : « rédiger une notice aujourd’hui : formation certifiante : prendre des notes-rédiger-publier ».

« Rédiger une notice aujourd’hui » : prendre des notes – rédiger – publier pour produire un savoir en ligne

L’objectif annoncé était qu’au terme de cette formation, les participants seraient capables de rédiger une notice ou un article dans leur spécialité. Ils passaient du statut d’observateurs lors de la première demi-journée à celui de rédacteurs. La certification était attribuée aux membres de l’équipe qui pouvaient publier un contenu sur Wikipedia et se faire accepter par les administrateurs de la plus grande encyclopédie participative en ligne.

L’enjeu était de taille : au-delà de la compétence technique acquise lors de cette formation, au-delà de la découverte de différents types d’écrits courts (notice, billet, blog, article, abstracts….), les participants se découvraient des compétences autres, un rôle scientifique puisqu’ils apercevaient rapidement, sur les sujets auxquels ils s’intéressaient, tantôt des défaillances, tantôt des inexactitudes. Ils se trouvaient compétents, spécialistes qu’ils sont, à alimenter la toile de savoirs scientifiques. Ils se voyaient attribuer un rôle citoyen, celui de corriger, d’améliorer l’image ou l’état des connaissances sur une question, un personnage, une région de leur pays. Ils se trouvaient confrontés, parfois pour la première fois aux questions et aux restrictions relatives aux droits d’auteurs et à la propriété scientifique.

L’immédiateté de cette acquisition de compétences promise par la formation était au-delà des attentes des formateurs et des participants. Face aux reproches formulés le jour-même par les administrateurs de la page qui ont demandé des précisons de sources ou contesté des droits d’auteurs, les équipes se sont acharnés le lendemain à répondre à ces écueils et à corriger leurs rendus. Au terme de la formation, les participants partaient avec la satisfaction d’avoir pu contribuer à la diffusion d’un savoir mais aussi frustrés par le vide à meubler dans leurs secteurs de recherche ou leurs centres d’intérêts.

De cette seconde expérience, nous avons retenu plusieurs leçons, quelques-unes rejoignent celles précédemment soulignées et relatives aux conditions matérielles de la mise en place de telles séances. Les deux formatrices (Mme Bendana et moi-même), nous n’avions pas de compétences autres qu’académiques, liées à nos disciplines d’origine. Notre apprentissage s’est fait sur le tas, dans un moment de partage d’expériences avec les participants. Il ne s’agissait donc pas d’un transfert de savoir traditionnel mais d’échange et de construction d’un savoir commun prenant matière dans le savoir-faire de chacun des participants. 

Facteurs de succès

Le succès de telles expériences reste tributaire de la conjugaison de plusieurs facteurs dont les plus importants seraient à notre avis :

  1. L’instauration d’une culture numérique dans les pôles de recherche et dans les écoles doctorales passe par l’initiation et la formation, en amont, des étudiants en master et éventuellement en licence. Seule une sensibilisation précoce de ce que peut offrir le numérique dans les domaines des sciences humaines et des langues garantirait une implication des chercheurs dans ces projets. 
  2. L’importance de la mise à disposition d’une infrastructure adéquate au sein des institutions et l’instauration de protocoles d’acquisition de matériel souple qui ne constituerait point de frein à l’équipement des institutions de produits ne figurant parfois pas dans la nomenclature traditionnelle. Une large couverture Internet est la condition sine qua non de l’instauration d’une culture du numérique dans nos espaces universitaires.
  3. La nécessité de créer parmi les équipes d’enseignants chercheurs et le staff pédagogique des noyaux de porteurs de projets. Chaque institution doit se doter des moyens d’identifier les personnes ressources compétentes (souvent formées initialement à l’étranger et continuant à travailler au sein de structures de recherche étrangères sur des projets n’ayant aucun rapport avec leurs activités d’enseignement et d’encadrement). Les post-doc pourraient constituer le cadre de formations complémentaires, de stages, de missions d’immersion proposées à des enseignants désirant s’investir dans cette perspective.
  4. La pluridisciplinarité est un atout majeur qui doit être mis à profit dans tout projet en humanités numériques. Les compétences techniques doivent ainsi interagir avec les chercheurs en humanités pour la rédaction de cahiers de charges et la proposition de solutions émanant de vrais besoins. Le numérique ne doit surtout pas se réduire à un gadget, encore moins à une robotisation de tâches mais offrir de vraies solutions. Cet échange doit se faire dans les deux sens et la présence active, dans les structures de recherche de spécialistes des humanités, des langues, côte à côte avec des informaticiens et des chercheurs en sciences « dures » garantirait la réussite de tout projet en humanités numériques.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search