« Les humanités numériques, un nouveau départ pour les humanités », par Hichem Rifi

Lors de notre deuxième journée de réunion, Professeur Hichem Rifi, vice-président de l’Université de la Manouba, a proposé une intervention, que nous reproduisons dans ce billet, dans laquelle il a offert une présentation et une réflexion précieuses sur les « humanités » dans l’université tunisienne, revenant sur l’histoire de ces humanités, la situation actuelle et le devenir possible pour celles-ci à l’heure du numérique.

Messieurs les Présidents, Monsieur le Doyen, Mesdames les Directrices, Messieurs les Directeurs,

Cher(e)s invité(e)s, Cher(e)s étudiant(e)s

Nous nous réunissons aujourd’hui pour écouter, dans cette deuxième journée, des exposés sur des exemples de l’usage du numérique dans certaines institutions d’enseignement et de recherche en sciences humaines et sociales dans des pays européens et en Tunisie. Ces exposés seront bien évidemment suivis de discussions sur les perspectives ouvertes par les « Humanités Numériques ». Et, sans anticiper sur ces discussions,disons, de façon sommaire et à titre introductif, que nous avons dans les institutions concernées par le projet RAQMYAT à l’Université de la Manouba, à savoir la faculté des lettres, l’Institut des Sciences de l’Information (IPSI), l’Institut Supérieur de Documentation (ISD) et l’Ecole Supérieure des Sciences et Technologies du Design (ESSTED), plusieurs atouts pour réussir ce projet, certains obstacles à surmonter et beaucoup d’attentes.

Mesdames et Messieurs,

Permettez-moi, tout d’abord, de dire un mot sur le changement de statut des Humanités (dans les deux sens, large et étroit) en Tunisie comme ailleurs. Ce premier cadre général nous introduit, d’une certaine façon à l’exposé des aouts et des obstacles à prendre en considération dans la mise en œuvre du projet RAQMYAT et indique la perspective culturelle dans laquelle nous le situons : Les premières institutions universitaires en Tunisie ont vu le jour, comme vous le savez, juste après l’indépendance, au tout début des années soixante du siècle dernier. Notre Université est jeune, elle fête cette année même son 60e anniversaire. Mais, malgré son jeune âge, elle a joué un rôle considérable dans l’édification de la Tunisie moderne.

À ce propos nous enregistrons avec fierté que la faculté de la Manouba, ancienne annexe de la faculté de 9 avril au début des années 80 (i.e la faculté la plus ancienne dans le pays), a contribué, de façon remarquable, à la mise en place des conditions de diffusion et de production des savoirs modernes dans l’étude des hommes et des sociétés, dans la continuité – mais de façon systémique, méthodique et approfondie évidemment – des différents projets de réforme qui se sont succédés en Tunisie depuis la seconde moitié du xixe siècle, bien avant la colonisation .

Rappelons à ce titre que les différents programmes enseignés en sciences humaines et sociales, le modèle pédagogique adopté et les méthodologies de recherche inspirées des nouveaux paradigmes de recherche en Occident ont assuré la rénovation de l’enseignement et l’étude des langues, des différentes expressions culturelles et artistiques, des langages symboliques, de l’histoire de la pensée humaine, de la pensée arabe et/ou islamique et des différentes institutions ,de l’histoire de l’homme tunisien, de l’homme arabe et des sociétés arabo-musulmanes, etc. L’on doit signaler dans ce cadre que des générations d’éminents universitaire tunisiens étaient toujours animées par le souci de s’inspirer des nouveaux outils de recherche en sciences humaines et sociales, de les expérimenter sur différents corpus constitués à partir des sources autochtones, d’éviter tout emploi mécaniste ou anachronique et de s’employer à contribuer à l’enrichissement des savoirs en humanités par les patterns, les structures spécifiques et les trajets de construction de sens qu’ils découvrirent dans la culture tunisienne et les cultures arabo-islamiques anciennes et modernes. Cette attitude marque l’enseignement et la recherche en humanités et sciences sociales en Tunisie depuis la création de l’Université.

Mais, depuis presque deux décennies, l’enseignement des sciences humaines et sociales, en Tunisie comme ailleurs, est entré dans une crise profonde. Cette crise est due, entre autres, selon nous, au changement radical, à l’échelle internationale, dans la vocation de l’Université depuis la dernière décennie du siècle dernier. C’était peut -être le chant du cygne du modèle conçu et construit par le linguiste, philosophe et ex-ministre de l’éducation allemand, Wilhelm Von Humboldt (1809-1810). En effet, depuis le processus de Bologne (1999-2010) et l’adoption d’un nouveau modèle d’enseignement par la plupart des pays, les deux expressions clés fréquemment utilisées dans les discours officiels sur l’enseignement supérieur sont « l’employabilité » et « les besoins du marché du travail ». Les politiques insistent constamment dans leurs programmes, depuis cette date sur la nécessité d’orienter les jeunes vers des domaines qu’ils considèrent comme hautement utiles, i.e en demande sur le marché de l’emploi.

Et, suite à ce changement radical du rôle de l’Université et à la massification de l’enseignement, les sciences humaines et sociales sont entrées dans presque tous les pays dans une crise et nous osons espérer que les humanités numériques contribueront à l’avènement d’un nouveau départ des humanités et offriront de nouveaux débouchés pour les diplômés en sciences humaines et sociale.

Quoi qu’il en soit les enseignants en humanités dans notre pays n’ont cessé d’attirer, en toute occasion, l’attention des décideurs politiques sur le très faible niveau de la majorité des bacheliers orientés vers les différentes disciplines des sciences humaines et sociales. D’ailleurs, les nouveaux étudiants dans ces disciplines viennent de deux sections totalement dévalorisées dans l’enseignement secondaire, à savoir la section lettres et la section sciences économiques.

La grande majorité des étudiants concernés par le projet RAQMYAT est donc dépourvue des savoirs et compétences requises par les études en humanités, la plupart d’entre eux ne maîtrise pas les langues étrangères et ils ne sont pas motivés à cause de l’absence de débouchés dans leurs spécialités. Nous avons d’ailleurs constaté que les étudiants en master de linguistique arabe, à titre d’exemple, ne consultent pas, ou très peu, les différents documents mis en ligne malgré notre insistance continue à le faire ; ils avouent leur incapacité à lire des documents en français ou en anglais. Ceci représente bien évidemment un obstacle majeur à tout projet de rénovation de l’enseignement ou de la recherche en humanités et exige, par conséquent, la mise en place parallèlement d’une pédagogie du numérique et d’un programme de mise à niveau des compétences linguistiques ; d’ailleurs, nous avons attiré l’attention, à maintes reprises, sur la nécessité et l’urgence de ce programme sachant que les Humanités numériques seraient d’un grand apport à ce programme de mise à niveau.

Dans une autre partie du tableau, nous avons, par contre, beaucoup d’atouts pour réussir l’intégration ou plutôt la généralisation des humanités numériques dans les différentes disciplines des sciences humaines et sociales. En effet, plusieurs collègues dans certaines disciplines utilisent , depuis quelques années déjà, dans l’enseignement, l’outil numérique et ils ont introduit l’usage de cet outil dans les activités de recherche menées par leurs étudiants. Le terrain est donc défriché depuis longtemps, plusieurs actions ont été entreprises dans le même ordre d’idées. Citons-en quelques unes à titre d’exemple :

  • Des collègues linguistes de la faculté des lettres ont contribué dans les années 90 à l’élaboration de plusieurs programmes informatiques pour l’analyse de la parole, programmes menés à l’époque sous l’égide d’une institution de recherche hautement spécialisée qui dépendait du Premier Ministère.
  • Des collègues professeurs en informatique à l’ENSI (Ecole Nationale des Sciences Informatiques de la Manouba) dirigent, depuis quelques années, des thèses sur des sujets de linguistique.
  • La Présidence de l’Université de la Manouba a chargé une collègue spécialiste en documentation numérique de préparer un guide de recherche bibliographique et des sources numériques à l’usage des doctorants dans les différentes disciplines. Une première copie est déjà à l’évaluation.
  • L’année dernière, à l’occasion de la tenue du 7e symposium de l’Université de la Manouba nous avons constitué un atelier auquel ont pris part des étudiants en linguistique des différents départements de langue, des linguistes et des professeurs d’informatique.
  • Une jeune collègue dispense un cours d’Humanités numériques pour les étudiants en première année master d’histoire.

Quant à nos attentes du projet RAQMYAT, elles consistent, à mon avis en plusieurs réalisations :

  1. Fédérer les enseignants des différentes disciplines en sciences humaines et sociales et les enseignants en informatique pour élaborer ensemble des programmes d’activités de formation en humanités numériques.
  2.  Organiser des journées d’études sur le thème « numérique et didactiques des disciplines ».
  3.  Échanger les expériences dans le domaine de la pédagogie numérique.
  4. Élaborer des programmes de cours intégrés en Humanités numériques pour les étudiants en master des différents champs de recherche en humanités
  5. Organiser des journées d’études sur les méga corpus numériques disponibles dans les domaines qui intéressent les chercheurs en sciences humaines et sociales.

Pour finir, je renouvelle mes remerciements à tous nos partenaires tunisiens et étrangers et à tous les collègues et étudiants qui participent à ce travail de réflexion interdisciplinaire et interinstitutionnel à l’occasion du lancement du projet RAQMYAT.

                                                                                                      Pr Hichem Rifi

Vice – Président de l’Université de la Manouba

                                                                        


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search